Chapitre 8: La pousse de bourgeon

bordurehtgch.png
bordurebsgch.png

”Pousse de bourgeon ? Pousse de bourgeon !”

 

Ces derniers jours avaient été extrêmement fatigants pour Shen Zhixian.

 

Même s’il devait s’occuper de Yan Jin et feindre la politesse avec Song Ming, ces affaires n’étaient pas exténuantes. Au moins ces personnes étaient des êtres vivants, des individus respirants qui pouvaient le comprendre et communiquer avec lui.

 

”Chirp !”

 

Le petit bourgeon, qui avait des feuilles semblables à de l’herbe d’un vert sombre poussant sur le haut de sa tête, était une vision étonnante. Il fixait avec enthousiasme Shen Zhixian et étendait une petite feuille vers sa tête, comme demandant à ce que son tas de nœuds et de pousses grasses soient brossés méticuleusement.

 

Shen Zhixian prit une profonde inspiration et leva la pousse de bourgeon par le haut de son crâne. Résistant au besoin urgent de frictionner la petite chose en une boulette et de la jeter loin de lui, il contrôla son expression faciale pour qu’elle ne paraisse pas trop sinistre. Il dit à travers ses dents serrées : ”La prochaine fois, ne me demande pas de te laisser faire ton nid en haut de ma tête de nouveau.”

 

Il était un homme adulte et normal et il ne voulait pas de cette chose verte sur sa tête du tout !

 

Le minuscule bourgeon d’herbe dans sa paume secoua ses brins d’herbes comme un enfant obéissant et gazouilla innocemment.

 

”Tout ce que tu fais c’est gazouiller, gazouiller, gazouiller. Es-tu un petit moineau…” Shen Zhixian marmonna en regardant aux alentours. Puis, après avoir mis la chose dans sa main dans une bouteille de porcelaine, il le prévient : ”Je vais m’entraîner. Tu n’as pas le droit de sortir.”

 

”Chirp, chirp, chirp !” Le petit bourgeon d’herbe n’aimait probablement pas être comparé à un moineau. Il changea immédiatement son ton et se débattit dans la bouteille de porcelaine jusqu’à ce qu’une fissure apparaisse au milieu et que la bouteille se brise en morceaux.

 

Ayant regagné sa liberté, il applaudit avec joie et chancela sur de fines racines vers Shen Zhixian. Attrapant ses vêtements, il grimpa avec flexibilité, ses longs cheveux gras se balançant à chaque mouvement.

 

Shen Zhixian : ”...”

 

Il prit indifféremment le petit bourgeon d’herbe, ouvrit la porte, et creusa indifféremment un petit trou dans le sol près de l’entrée.

 

Il laissa tomber le bourgeon dedans, le couvrit de terre, et alla jusqu’à jeter un sort pour empêcher le bourgeon de s’enfuir facilement.

 

Après avoir fait cela, Shen Zhixian ferma la porte et retourna à sa chambre pour méditer et s’entraîner. Il avait récemment trouvé quelques livres et les feuilletait afin de chercher des connaissances pour progresser sérieusement.

 

Le petit bourgeon d’herbe se débattit dans le trou un moment avant de réaliser qu’il ne pouvait vraiment pas en sortir. Il en fut choqué et continua de se débattre, mais en vain.

 

Il marmonna rageusement, ses feuilles couvertes de terre, et poussa durement sur ses racines.

 

Shen Zhixian écouta les gazouillements de colère à l’extérieur, se sentant quelque peu amusé et un peu désespéré.

 

Il n’avait pas prévu que le bourgeon d’herbe qu’il avait incanté et placé au sommet de la Falaise de la Réflection ce jour-là aurait finalement une telle capacité. Au lieu de geler à mort sur la falaise, il s’était précipité pour le retrouver et refusait de partir.

 

Pourquoi un bourgeon d’herbe ? Pour l'instant, en plus des fragiles feuilles mortes, Shen Zhixian ne pouvait que contrôler ce bourgeon.

 

Alors qu’il continuait de lire et de s’entraîner, il réalisa au bout d’un moment qu’il n’y avait plus de bruit dehors.

 

Le petit bourgeon d’herbe était réellement magique et pouvait faire toutes sortes de sons étranges. Tant qu’il ne dormait pas, il faisait beaucoup de bruit. Pourquoi était-il aussi silencieux maintenant ?

 

Même la boue ici était remplie d’aura spirituelle. Cela ne devrait lui faire aucun mal d’être planté ici. Ce petit gars s’était-il débattu si fort qu’il s’en était blessé ?

 

Shen Zhixian était quelque peu inquiet. Il baissa le parchemin et se dirigea en silence vers la porte pour y jeter un coup d’œil. À cet instant, il vit le petit bourgeon forcer la dernière de ses racines en dehors du sol. Il se tourna pour l’observer avec colère.

 

Il étira les feuilles de ses bras et la brise le souleva soudainement dans les airs, l’emportant ailleurs. Shen Zhixian était choqué, et, ne voulant pas le laisser s’exposer à d’autres personnes, serra les lèvres et lui courut après, criant : ”Bourgeon d’herbe !”

 

Le petit bourgeon d’herbe était réellement en colère. Se reposant sur ses petites feuilles et ses germes, il s’envola de plus en plus vite avec le vent. Il savait comment éviter d’être vu par des gens, principalement pour éviter que de jeunes disciples ne le découvrent et ne lui cours après.

 

Shen Zhixian s’arrêta quand il vit quelques jeunes disciples devant lui. Il les salua avec hâte mais, quand ce fut fait, le petit bourgeon d’herbe s’était déjà échappé dans un coin.

 

Il n’avait pas d’autres choix que de le chercher là où il l’avait vu disparaître, et alors qu’il marchait, il réalisa que la route lui était familière. N’était-ce pas près de la résidence de Yan Jin ?

 

En tant que Cinquième Ancien, Shen Zhixian avait un Pic entier pour lui tout seul. Il restait au sommet, suivi de ses disciples personnels, puis des disciples ordinaires au plus bas.

 

Ces disciples ordinaires et qui se disciplinaient seuls, vénéraient le nom de Shen Zhixian et étaient heureux de recevoir ses conseils personnels. Mais, en vérité, ils n’étaient des disciples qu’en nom seulement. Ils s’entraînaient et apprenaient d’une façon unique sans traitements spéciaux ni instructions. Ils aidaient aussi avec quelques corvées. Dans la Secte Qingyun, les disciples devaient s’occuper de leurs propres besoins.

 

Le son de l’eau coulant goutte à goutte parvint à Shen Zhixian, et il réalisa que c’était ici que les disciples tiraient leur eau.

 

Shen Zhixian n’y pensa pas plus que cela. Il prit un tournant, leva les yeux, et se figa.

 

Un adolescent mince, portant une toge usée d’un blanc de lune délavée, se tenait dos à Shen Zhixian. Il tirait de l’eau, ramenant les lourds seaux plein un par un.

 

Et puis, le garçon se tourna et se trouva face à face avec Shen Zhixian.

 

Shen Zhixian l’observa avec incrédulité et reporta son regard sur les seaux qu’il portait. Ces corvées étaient supposées être complétées par des disciples ordinaires. Puisque Yan Jin était son disciple personnel, pourquoi avait-il à le faire lui-même ?

 

Ils s’observèrent en silence, jusqu’à ce qu’un éclair de vert ne flashe et que le bourgeon d’herbe n’émerge des buissons près de Shen Zhixian, courant joyeusement vers Yan Jin.

 

WTF ?!!

 

Les réflexes rapides de Yan Jin s’activèrent avant qu’il ne puisse penser. Il leva la main et un seau entier d’eau s’écrasa sur le bourgeon d’herbe, qui en resta figé sous le choc. L’impact de l’eau le poussa au sol, ses germes et ses feuilles voletant.

 

De la boue éclaboussa les petites feuilles. Le bourgeon maintenant encore plus sale se tint paralysé sur le sol, sans bouger et toujours sous le choc.

 

Shen Zhixian observa le visage colérique du bourgeon et allait en rire puis parler, quand un disciple apparut, marchant rageusement vers Yan Jin.

 

”Yan Jin ! Pourquoi es-tu si lent ?! Yan Shen Shixiong en a besoin rapidement. Ahh ! Comment as-tu fait un tel désordre ! Es-tu si incapable ?!”

 

Le jeune disciple avait probablement entendu du bruit et promptement couru ici pour harceler Yan Jin avec des insultes toutes prêtes. Voyant le désordre au sol, il ne put s’empêcher d’être encore plus en colère et de vouloir disputer la personne responsable. Soudainement, une bourrasque de vent s’éleva et avec elle vint un éclair de vert.

 

Un bruit sourd résonna.

 

Après avoir perpétré un coup parfait, le petit bourgeon d’herbe vola vers Shen Zhixian et s’enterra dans ses manches, exposant seulement le bout d’une petite feuille pour regarder le spectacle.

 

La joue du disciple tourna vite au rouge et gonfla. Il se sentit comme s’il avait été giflé durement. Mais il n’avait rien vu !

 

Humilié devant Yan Jin, il se vit perdre la face. Se tournant rapidement et rageusement, il dit : ”Qui ose être arrogant ici ? Il va voir si je ne peux pas m’occuper de—” La voix colérique se tû abruptement.

 

Shen Zhixian leva les yeux, secoua ses manches calmement, le geste retournant complètement le petit bourgeon, et murmura doucement : ”Que veux-tu faire de cet Ancien ? Dit-le. Cet Ancien va écouter.”

Pour nous laisser un commentaire cliquez sur le stylo

Index
arrow&v